Le COR-IAE ne s’était pas réuni depuis le changement de Préfet de Région. Voilà que cette instance, qui réunit la DRIEETS, le Conseil régional, Pôle emploi Ile de France, le GRAFIE et les réseaux régionaux de l’IAE (dont la fédération) a été à nouveau convoquée le 10 juin 2021 par le Préfet de région. Marc Guillaume, ancien secrétaire général du gouvernement d’Edouard Philippe, souhaitait s’informer de la situation des SIAE franciliennes et définir des perspectives d’avenir.


Le directeur de la DRIEETS, Monsieur UDANT, rappela en introduction le cadre du Pacte d’ambition IAE qui donne des moyens supplémentaires très importants à l’Ile de France, répondant ainsi à l’objectif de rééquilibrage des moyens pour notre région préalablement sous dotée. Le budget régional 2021 de l’IAE passe ainsi de 104 à 114 millions d’euros.
Le GRAFIE rappela la mobilisation de l’écosystème de l’IAE pour accompagner les SIAE pendant l’année de crise dans le cadre d’une « task force » qui a permis de distribuer des masques, d’informer les SIAE et de faire le lien avec les outils et dispositifs mis en œuvre par l’Etat. Florence OULES de la Région rappela l’importante mobilisation du fonds de solidarité attribué sous forme de prêt financier à certaines conditions et pourtant quasiment pas mobilisé par les SIAE.
La fédération est intervenue pour évoquer l’impact de la crise sur les entreprises d’insertion (baisse des chiffres d’affaires, arrêt des activités, 2 disparitions), mais aussi les importantes perspectives de développement soutenues par les FDI 2 et 3 dont il serait souhaitable de poursuivre le mouvement par une nouvelle vague sans négliger le besoin de consolidation de certaines EI ou filières comme celle de l’hôtellerie-restauration-traiteurs.

En conclusion le Préfet et la DRIEETS ont dessiné les perspectives d’actions pour 2021-2023 :

  • Définir une nouvelle stratégie régionale de l’IAE basée sur la réponse aux besoins sociaux et des territoires et la qualité des parcours.
  • Mobiliser plus fortement l’IAE en direction des publics jeunes très impactés par la crise (objectif 45 000).
  • Améliorer la prise en charge des formations des salariés en insertion en lien avec le PIC-IAE et le PRIC (Pacte Régional d’Investissement dans les Compétences), afin de permettre de dépasser le taux de 70% maximum de prise en charge.